+229 63424585 / 97175695

Nous écrire

Accueil > Actualité > Avis de manifestation d’intérêt pour le recrutement d'un consultant pour l'évaluation externe de programme

Avis de manifestation d’intérêt pour le recrutement d'un consultant pour l'évaluation externe de programme

TERMES DE REFERENCE POUR EVALUATION EXTERNE Programme d’Appui au Développement Local Concerté (PADELCO) Programme financé par la Délégation de l’Union européenne au Bénin Demandeur : Groupe de Recherche et d’Appui aux Initiatives Nouvelles de Développement (GRAIND)

TERMES DE REFERENCE POUR EVALUATION EXTERNE Programme d’Appui au Développement Local Concerté (PADELCO) Programme financé par la Délégation de l’Union européenne au Bénin Demandeur : Groupe de Recherche et d’Appui aux Initiatives Nouvelles de Développement (GRAIND)
www.graindbenin.org Partenaire : Initiative Développement (ID)
Objectif général : Promouvoir un développement social, inclusif et équitable des communes de Kpomassè, Toffo et Zè Objectif spécifique : OS : Renforcer la concertation au niveau local et la participation de la société civile à la mise en place des plans sectoriels eau et assainissement.
Décembre 2018
Initiative Développement
29, rue Ladmirault
86000 – Poitiers, France
+33(0)5.49.60.89.66
o.defrene@id-org
GRAIND
BP: 274 Allada-BENIN
Tél : +229 63424585/97175695
graind11@gmail.com/info@graindbenin.org
1. GRAIND, ID et leur programme de développement local
A. Présentation de GRAIND (chef de file) et d’ID (partenaire)
1) Mission et objectifs de GRAIND
Le Groupe de Recherche et d’Appui aux Initiatives Nouvelles de Développement (GRAIND) est une ONG béninoise créée en 2004 qui a pour objectif d’accompagner les populations défavorisées à apporter des solutions durables à leurs problèmes de développement. Son action vise à favoriser la bonne gouvernance locale dans les communes dans le cadre de la décentralisation et à améliorer l’accès à l’eau potable et à l’assainissement dans les communautés. GRAIND intervient actuellement dans 3 communes du département de l’Atlantique - Kpomassè, Toffo, Zè - et dans la commune de Kouandé dans le département de l’Atacora.
2) Mission et objectifs d’ID
Initiative Développement est une association française régie par la loi de 1901. Fondée en 1994, elle a pour objet de favoriser l'émergence, la structuration et le renforcement d’acteurs locaux (ONG, collectivités territoriales, associations locales, …) en assurant une réponse durable aux besoins de base des communautés défavorisées des pays du Sud.
ID intervient dans 7 pays : Haïti, Bénin, Tchad, Congo-Brazzaville, Comores, Madagascar et Sénégal. Elle mène aujourd’hui une vingtaine de programmes regroupés autour de 6 domaines : le développement local (DL), l’éducation, l’eau et l’assainissement, l’agriculture, la santé et les énergies renouvelables.
Au Bénin, ID a débuté son intervention en 1996 à travers des programmes dans le domaine de l’éducation, de la lutte contre le sida, le microcrédit et l’accompagnement familial et social. Le Bénin est le premier pays où ID a mis en oeuvre des programmes d’appui à la décentralisation. Depuis 2012, ID n’intervient plus directement au Bénin et a confié la mise en oeuvre de volets d’activités, puis, de programmes entiers à GRAIND (dans le domaine du développement local et de l’accès à l’eau). La réalisation de ces actions se fait à travers des conventions de partenariat définies entre GRAIND et ID.
3) Expérience dans le domaine et le pays concerné
Depuis 2004, GRAIND a acquis une expertise dans l’élaboration de Plans de Développement Communaux (GRAIND a finalisé les PDC de 2 communes), l’accompagnement des communes dans le suivi de la mise en oeuvre des actions des plans de développement et l’assistance des communes pour la maîtrise d’ouvrage. GRAIND a été responsable pour la mise en oeuvre de la convention programme de développement local pilotée par ID sur financement de l’AFD, lors des phase 1 (Juillet 2012-Juin 2014) et 2 (juillet 2014 – juin 2018) dans les communes de Kpomassè, Toffo et Zè et poursuit actuellement ce rôle dans la mise en oeuvre opérationnelle de la troisième phase de la convention programme développement local au Bénin (juillet 2018 – juin 2021), avec l’appui d’ID.
L’objectif était de contribuer au développement local de 3 communes du département de l’Atlantique à travers une meilleure participation citoyenne et l’amélioration des conditions de vie des populations dans le cadre de la décentralisation. Au coeur des projets mis en oeuvre, se trouve l’animation d’un processus de concertation multi-acteurs à l’échelle communale. Celui-ci se concrétise par la mise en place de cadres de concertation rassemblant les acteurs du territoire : autorités locales, organisations de la société civile, autorités administratives de l’Etat, secteur privé et la population, l’élaboration de plans de développement à l’échelle communale et la mise en oeuvre de projets pilotes au bénéfice des populations (accès à l’eau, accès aux ouvrages d’assainissement de base…). La mise en oeuvre de la concertation et des plans de développement offrent des temps d’apprentissage par la pratique qui permettent aux différents acteurs de s’approprier les dynamiques de développement local et le cadre institutionnel lié aux politiques de décentralisation.
B. Descriptif du PADELCO et de son contexte
1) Contexte national et local
La décentralisation est devenue effective au Bénin avec l’installation des premiers conseils municipaux et communaux élus suite aux premières élections de 2002-2003. Le cadre légal et institutionnel adopté en 1999 qui régit ce nouveau système politique et administratif transfert des compétences bien définies aux communes. L’adoption de la Politique Nationale de Décentralisation et de Déconcentration en 2009 est venue préciser l’importance de rendre effective l’approche sectorielle. Elle insiste sur la territorialisation des politiques sectorielles qui, tout en respectant les orientations et normes nationales, s’adaptent aux spécificités départementales et locales. Les communes sont compétentes en matière d’approvisionnement en eau potable, hygiène et assainissement. En tant que maîtres d’ouvrages, elles sont chargées de la réalisation des infrastructures hydrauliques, de la fourniture et de la distribution de l’eau potable aux populations.
La décentralisation politique, administrative et fiscale ainsi que la gouvernance locale et de participation citoyenne ont connu des avancées significatives. Concernant la décentralisation fiscale, la création du Fonds d’Appui au Développement Communal, l’instrument par lequel les ministères sectoriels et les partenaires techniques et financiers transfèrent des ressources aux communes, est un acquis majeur. La fourniture, la qualité et l’accès aux prestations sociales ont été améliorés. Entre 2010 et 2013, la fourniture de l’eau potable s’est améliorée de 11.9% en milieu rural et périurbain et de 7.7% dans les communes urbaines. Le taux de fréquentation des écoles primaires s’est amélioré de 10.8%, atteignant un taux de 71.5% au cours de l’année scolaire 2011-2012 (1).
Pour autant, d’importantes contraintes persistent à l’échelle nationale et limitent la capacité des acteurs à tirer profit de la décentralisation pour répondre à une forte demande sociale. Les questions relatives au transfert des ressources humaines et financières demeurent l’objet de nombreuses controverses. Malgré le cadre législatif, les différentes administrations centrales sont réticentes à concrétiser ces transferts, limitant ainsi la capacité d’action des collectivités territoriales. Les communes peinent à assurer une coordination des initiatives locales conduites en parallèle par les OSC locales et les services techniques pour améliorer l’accès aux services sociaux de base. Ce manque de coordination induit une absence de cohérence stratégique et des déperditions de ressources préjudiciable à l’efficience des processus de développement social. La participation des femmes, (qui représentent 52% de la population) au processus de maitrise d’ouvrage demeure très faible et traduit une absence d’approche inclusive et ascendante dans les processus de planification et d’exécution du développement local. Il en résulte que les servicespubliques de l’eau et de l’assainissement se réfèrent à des stratégies déconnectées des réalités locales et disposant d’une faible adhésion communautaire. Dans certaines des communes d’intervention du programme, des cadres : Association de consommateurs d’eau potable (ACEP), Cellules Communales eau hygiène et assainissement (CCEHA) ont été mis en pour favoriser la concertation dans la planification des services sociaux de base. Mais l’animation et la composition de ces cadres souffre d’une faible prise en compte des problématiques de genre. Les femmes représentent 5% des membres du comité de pilotage et les priorités identifiées pour améliorer les services de l’eau et de l’assainissement ne tiennent pas compte des contraintes propres à la gente féminine qui est pourtant directement concernée par les problématiques d’accès, de fourniture et de gestion de l’eau et de l’assainissement. De plus, la décentralisation du secteur de l’eau et de l’assainissement visait, entre autres, à rapprocher l’administration du consommateur et à favoriser la participation des populations à la gestion des affaires publiques locales. Force est de constater que la prise en charge par la population de son propre développement n‘est pas tout à fait effective. Les populations ne comprennent pas le schéma de la décentralisation du secteur de l’eau et de l’assainissement et méconnaissent les enjeux y afférents. Elles peinent à intégrer les changements sociétaux et sociaux nécessaires à une amélioration des services de l’eau et de l’assainissement. Cette lacune est exacerbée par les faiblesses organisationnelles et institutionnelles des OSC locales qui peinent à jouer leur rôle d’interface entre les pouvoirs publics et la population locale. Ces faiblesses se traduisent par de faibles dynamiques de coopération entre les OSC intervenant dans le secteur de l’eau et de l’assainissement au niveau local. En effet, les échanges de pratiques et d’expérience entre ces OSC sont presque inexistants et le travail en réseau ne fait pas parti de leur mode de fonctionnement.
Les acteurs locaux initient des actions multiformes en vue de répondre aux besoins sociaux de la population. Bien que salutaires, ces initiatives ne s’inscrivent pas systématiquement dans les politiques locales définies par les communes. Les services techniques et les OSC s’investissent dans des
1Source : GIZ, Appui à la décentralisation au Bénin : la valeur ajoutée de la synergie d’action, Juin 2014
dynamiques qui se superposent à l’action communale et créent parfois des doublons et des déperditions des ressources préjudiciables à la cohérence et à l’efficience de l’action publique locale. La faiblesse des ressources propres des communes constitue une importante contrainte qui limite les capacités des communes à fournir des prestations sociales conformes aux besoins des populations. Certes les dotations fournies par l’Etat, et notamment le FADEC, contribuent à financer les services de l’eau et de l’assainissement initiés par les communes. Mais ces financements gagneraient à être complétés par des ressources propres qui augmentent les capacités d’investissement des communes et facilite l’exécution des documents communaux de planification. La formulation des PDC est effective dans les communes d’intervention de l’action. Ces documents cadre ont permis aux communes de préciser la vision du développement communal et d’en faire une boussole pour les acteurs intervenant sur le territoire communal. Les PDC des trois communes ont identifié l’accès à l’eau et à l’assainissement comme la principale priorité locale. Les PDC ont pointé du doigt les faiblesses des services de l’eau et de l’assainissement ainsi que l’ampleur qualitative et quantitative de la demande locale.
2) Historique et construction du programme
Les trois communes d’intervention à savoir, Kpomassè, Toffo et Zè sont accompagnées depuis 1997 par l’ONG Initiative Développement (ID). Dans le cadre d’un partenariat entre GRAIND et ID, l’ONG GRAIND a pris le relais de cette action à partir de 2012. Ces communes ont été renforcées dans leur mode de gouvernance locale et dans la maîtrise d’ouvrage liée au secteur de l’eau et de l’assainissement. Ces actions ont été menées à travers le programme d’Appui à la maîtrise d’ouvrage communale (PACEau 1&2) et le programme de développement local à travers la convention programme avec l’AFD.
Le programme PADELCO (Programme d’Appui au Développement Local Concerté) s’est inscrit dans la continuité du programme PACEAU 2 qui a fourni un appui de proximité à la maitrise d’ouvrage communale. En effet, le programme PAC-Eau2 a été un programme de rneofrcment des acteurs poyr la gestion durable du service public de l’eau d’hygiène et d’assainissement. EIl a consisté dans les trois communes d’intervention à former les élus communaux par rapport à la stratégie nationale et pour leur rôle par rapport aux secteurs de l’eau et de l’assainissement tel que le précisent les documents de la décentralisation. Ce programme a permis en outre de renforcer les cadres communaux par rapport à leurs rôles aux côtés des autorités locales, et à former et à suivre la gestion des Adduction d’eau potable assurée par le fermiers. Le projet intervient actuellement sur 3 communes du département de l’Atlantique : Kpomassè, Toffo et Zè, mais l’action de renforcement de ces acteurs est ancienne et a débuté dans les années 1997. ID a accompagné à partir de 2003 les communes dans l’élaboration de plans de développement communal, outil qui a aidé les élus à prioriser, planifier et mettre en oeuvre de grands chantiers. Le premier d’entre eux fut l’approvisionnement efficace et durable en eau potable à travers deux axes : i) la construction de réseaux d’adduction d’eau adaptés aux besoins et ii) le renforcement des acteurs concernés par la gestion de l’eau. Sur le premier aspect ID et son partenaire local GRAIND (ONG Béninoise) en collaboration avec les acteurs locaux ont réalisé de grands travaux qui ont permis aujourd’hui une couverture de 99 % de la population contre 51% en 2004. En parallèle, ID et GRAIND ont travaillé à l’accompagnement et à la structuration des acteurs de l’eau. Cependant, il s’agit des processus de transformation sociétale qui sont longs. Ils nécessitent la consolidation de modèles de gouvernance inclusives et concertées valorisant les OSC en tant qu’acteur du changement et de l’action communale.
La convention programme Développement local 2 (CPDL2) et le programme d’Appui au Développement local Concerté ont un lien de cofinancement mutuel. Les deux programmes couvrent les mêmes zones d’intervention. La CPDL2 vise la concertation des acteurs pour le Développement local, le renforcement de la gouvernance locale, le renforcement de la société civile, l’éducation citoyenne, la recevabilité etc. quant au PADELCO, il vise les mêmes acteurs avec une spécificité liée à la thématique eau potable et assainissement et le renforcement des associations de femmes. Le programme PADELCO couvre la période de janvier 2016 à décembre 2018 alors que les tranches de la convention programme, objet de cofinancement, partent de Juillet 2014 à Juin 2018, et de Juillet 2018 à Juin 2021.
3) Objectifs du PADELCO
Objectif général : Promouvoir un développement social, inclusif et équitable des communes de Kpomassè, Toffo et Zè
Objectif spécifique : Renforcer la concertation au niveau local et la participation de la société civile à la mise en place des plans sectoriels eau et assainissement.
Résultats attendus :
 Résultat 1 : La planification communale s’inscrit dans une démarche concertée et inclusive
 Résultat 2 : Les OSC participent à l’amélioration du service public de l’eau et de l’assainissement
 Résultat 3 : L’implication des femmes dans la gouvernance des services publics de l’eau, d’hygiène et d’assainissement est améliorée
 Résultat 4 : Les démarches d’intervention du projet sont capitalisées et diffusées et la structure de GRAIND est renforcée
4) Les groupes cibles
Localisation
Bénéficiaires directs
Bénéficiaires indirects
Département de l’Atlantique
Communes de Kpomassè, Toffo et Zè
03 Mairies (soit 394 personnes), 60 OSC locales ,49 élus communaux, 197 chefs de village, 09 Services Déconcentrés de l’Etat, O3 cadres de concertation des OSC
30 Arrondissements, 197 villages, Population totale des 03 communes, soit 286 000 personnes
4) Les enjeux du programme
L’enjeu majeur du programme, comme de tout projet de développement est d’arriver à la pérennisation des actions entreprises et des dynamiques initiées.
Cet enjeu global se découpe en plusieurs enjeux spécifiques à ce programme :
 Accompagner les communes pour les activités de planifications locales et pour La mobilisation des ressources propres car cela représente une faiblesse des communes et limite leur capacité d’investissement sur des projets communaux. De même, l’évaluation et la programmation des actions sont des activités le plus souvent programmées mais pas toujours réalisées.
 Sensibiliser les citoyens à leurs droits et devoirs dans le cadre de la décentralisation : les populations ne sont souvent pas informées du processus de développement ni de leur rôle dans ce processus.
 Renforcer les capacités des OSC en tant qu’acteurs de l’eau et de l’assainissement, car elles ne sont pas suffisamment outillées pour assoir leur structuration et leur pérennisation et pour améliorer le niveau de mobilisation sociale et intervenir efficacement dans le service public de l’eau.
 Accompagner les processus de concertation locale notamment dans le secteur de l’eau et de l’assainissement - les décisions des autorités communales ne sont pas souvent concertées. Le programme ambitionne de mettre en place une méthodologie de concertation locale qui facilite le dialogue et la complémentarité entre les différents acteurs du service public de l’eau et de l’assainissement.
 Intégrer le genre dans la gouvernance de l’eau et de l’assainissement - les femmes ne sont pas suffisamment impliquées dans la concertation et sont très peu représentées dans tous les processus de planification et d’exécution des services d’eau et d’assainissement. De plus, ces femmes manquent de leadership afin de contribuer efficacement à l’amélioration des services sociaux de base.
 Promouvoir la redevabilité et la veille citoyenne - les communes manque de rendre compte régulièrement à la population. Aussi, les populations et les OSC ne maitrisent-elles pas les mécanismes de veille citoyenne et d’interpellation des autorités communales.
 Faire approprier les services publics de l’eau et de l’assainissement par les populations, cette dernière a besoin de contribuer à la formulation des politiques d’accès à l’eau et à l’assainissement,
de s’informer et d’être sensibilisée sur les attitudes et les pratiques favorables à un service d’eau et d’assainissement de qualité et durable.
5) Budget total et plan de financement
Le Programme d’Appui au Développement Local Concerté (PADELCO) d’une durée de trois ans est financé par la délégation de l’Union Européenne au Bénin depuis le 1er janvier 2016 jusqu’au 31 décembre 2018. Le budget total du projet est de 392 077 euros. .
Ce financement vient cofinancer la convention programme de développement local, phase 2 (Juillet 2014-Juin 2018) qui est financée par l’Agence Française de Développement (AFD). Pour ces 3 années, la part de financement de l’AFD s’élève à 92 077 € pour un montant total de 300 000 € (financement de l’UE).
Ces financements sont en bonne partie en cofinancement l’un de l’autre : les activités se recoupent donc largement entre-elle.
2. EvaluationA. Justification de l’évaluation
1) Origine de la demande
La présente évaluation concerne la réalisation du PADELCO de janvier 2016 à décembre 2018.
Elle se justifie tout d’abord du fait que le PADELCO n’a pas connu une évaluation à mi-parcours depuis son démarrage.
Au-delà de l’engagement vis-à-vis des deux bailleurs de fonds cofinançant ce programme (l’Agence Française de Développement et l’Union européenne), cette évaluation vise à prendre du recul sur les actions engagées afin d’en tirer des enseignements et de formuler des recommandations qui serviront pour réajuster et/ou réorienter les actions dans le cadre de la 3ème phase de la convention-programme développement local (financée par l’AFD) actuellement en cours d’exécution, et qui, de manière plus générale, alimenteront les réflexions de GRAIND concernant son approche du développement local.
2) Attentes de GRAIND et enjeux de l’évaluation
Au-delà de porter un regard critique sur l’approche « Développement local » de GRAIND, les principaux enjeux de la présente évaluation sont les suivants :
Pérennisation et animation des dynamiques de concertation
Le constat sur le terrain est la difficile pérennisation des dynamiques de concertation locale (cadre intégrateur et cellule communale eau, hygiène et assainissement) au-delà du cadre de projet. Malgré un statut reconnu et encadré par un arrêté communal, les cadres de concertation peinent encore à se réunir régulièrement. Ils restent en attente du rôle moteur des autorités communales et/ou de l’appui des ONG, et manquent in fine, de dynamisme pour porter le PDC et les autres documents de planification sectorielle (PC-Eau et PHAC), et suivre leur mise en oeuvre. Certes des avancées et des pistes existent, mais elles restent laborieuses.
L’enjeu ici au cours de cette évaluation est de revenir avec les acteurs locaux et l’équipe de projet (GRAIND) sur les causes de ce phénomène et de proposer des réponses cohérentes avec le contexte local. Il s’agit, en d’autres mots, de réfléchir comment promouvoir des espaces d’échanges et de dialogues effectifs au niveau local, tout en tenant en compte du rôle assigné aux communes en tant que pilotes du développement local.
Appropriation et implication des populations
Les interventions directes sur les populations ont consisté à réaliser des animations radiodiffusées, des animations grand public nocturnes et à poser des panneaux de sensibilisation à travers les communes dans le but de les amener à s’approprier les comportements favorables au développement de leur
territoire. Il s’agira pour cette étude d’apprécier les effets des activités menées pour ces populations cibles et de voir à l’avenir les autres types d’activités ou d’autres mesures à prendre pour assurer au mieux la durabilité des effets sur les populations cibles.
Les effets des activités de sensibilisation pourraient se mesurer à travers la participation des populations aux sessions communales, aux audiences publiques de reddition de compte, à l’augmentation de la participation financière de la population aux projets communaux soit à travers le budget participatif (pour la commune de Toffo) ou l’augmentation des ressources fiscales. Comment maintenir dans le temps le niveau d’implication de la population au développement local est aussi un aspect qui pourrait être creusé lors de cette évaluation.
Appropriation et implication des Autorités locales
Les élus et les cadres des communes d’intervention ont bénéficié des appuis en maitrise d’ouvrage communale, notamment dans le secteur de l’eau et de l’assainissement. Les capacités des élus et cadres communaux ont été renforcées sur plusieurs thématiques à savoir : la gestion foncière, la fiscalité locale, la reddition de comptes, la planification sectorielle, le suivi-évaluation des documents de planification communale, etc.
Malgré ces actions et ces efforts, les avancées restent relativement lentes et les acteurs communaux (élus et cadres) peinent à s’approprier les dynamiques mis en place lors de l’exécution du programme. L’enjeu de l’évaluation sur ce volet est d’explorer des pistes d’évolution de notre accompagnement (positionnement, thématique) afin de renforcer l’efficacité des actions à destination des collectivités territoriales et ainsi renforcer l’appropriation par les autorités locales (élus et cadres) de leur rôle de premier pilote du développement de leur territoire.
 La prise en compte du genre
La mise en oeuvre du PADELCO a prévu la promotion de l’intégration du genre dans la gouvernance de l’eau et de l’assainissement afin de garantir des stratégies d’action plus inclusives et équitables. Par ailleurs, il est prévu de corriger la faible représentativité des femmes dans les comités de pilotage et les associations des consommateurs d’eau potables. Aussi est-il prévu dans l’action que l’approche genre complète les actions de structuration de la concertation car elle permet de garantir une implication significative des femmes dans la décision. Ainsi, les femmes seront présentes dans les instances de décision de la gestion publique de l’eau, de l’hygiène et de l’assainissement. Elles disposeront aussi de tout ou partie des moyens nécessaires à l’exécution de projets d’assainissement contribuant à mettre en oeuvre la politique d’assainissement formulée dans les PHAC.
Il s’agira pour cette évaluation de questionner les activités menées dans le but de favoriser le genre et le renforcement de la position des femmes dans le processus de prise de décision tout en explorant des pistes d’évolution de notre accompagnement.
 L’articulation et la mise en synergie des différents acteurs
L’action a contribué à la création et au renforcement des cadres tels que : La Cellule Communale Eau Hygiène et assainissement Communal (CCEHA), les Associations de Consommateurs d’eau potable (ACEP) et des cadres intégrateurs. L’avènement des CCEEHA date d’avant le PADELCO qui a travaillé à son renforcement et l’amélioration de son fonctionnement. Ce même travail de redynamisation a été fait au niveau des ACEP de Kpomassè et de Zè. Quant à la commune de Toffo, le PADELCO a contribué à sa création avant sa dynamisation.
Avec le PADELCO, des cadres intégrateurs ont été installés à Toffo et à Zè. Quant au cadre intégrateur de Kpomassè, il avait déjà été installé par la Maison de la société civile. Les cadres intégrateurs son composés de groupes thématiques. Le PADELCO a contribué dans les trois communes à rendre légale et fonctionnel ces cadres intégrateurs.
L’état de fonctionnement actuel de ces cadres garantit-il leur pérennité ? Quelle articulation y a-t-il entre ses différents acteurs ?
 La pérennité des cadres intégrateurs
L’expérience des cadres intégrateurs a démarré avec la Maison de la Société Civile (MdSC) sur 18 communes béninoises. L’ONG GRAIND est la deuxième structure ayant fait cette expériences sur ses communes d’intervention. Les cadres intégrateurs installés par l’une ou l’autre des deux structures ont connu des résultats mitigés malgré l’accompagnement mis en place par GRAIND après leur l’installation et la volonté des autorités locales à voir fonctionner ces cadres. Au regard de leur structuration, leur composition et leur fonctionnement, les cadres de concertation ont-ils un ancrage territorial solide et propice à leur pérennisation ? Ces seuls cadres suffisent-ils pour fédérer tous les autres cades existants ?
B. Questions évaluatives et demandes de recommandations
Deux niveaux d’analyse sont attendus:
1) un premier niveau d’analyse, opérationnel, c’est-à-dire sur les résultats propres obtenus par GRAIND et ID dans le cadre du financement de l’UE. Cette analyse portera sur les 4 résultats du PADELCO, en se basant sur les 6 grands critères d’évaluation : pertinence, cohérence, efficacité, efficience, durabilité et impact.
2) un deuxième niveau d’analyse plus global qui permettra d’analyser la pertinence de la stratégie d’intervention de GRAIND en matière de DL dans le département de l’Atlantique au Bénin et le dispositif de mise en oeuvre.
Pour ce faire, le/la consultant(e) accordera une attention spécifique aux questions évaluatives suivantes, et formulera des recommandations, notamment sur les points indiqués :
Concernant l’action :
1. Au terme de ces 3 années d’intervention, les communes ont elles amélioré leur compréhension et leur appropriation de la décentralisation dans le secteur de l’eau et l’assainissement ? Sont-elles en mesure de jouer leur rôle de maître d’ouvrage dans la concertation et la réalisation des projets sectoriels eau et assainissement ?
 Demande de recommandation : Comment améliorer notre appui aux communes pour les renforcer dans leurs capacités à porter le développement de leur territoire, notamment dans le secteur de l’eau et l’assainissement ?
2. De même, les OSC locales ont-elles amélioré leur compréhension et leur appropriation de la décentralisation dans le secteur de l’eau et l’assainissement ? Sont-elles en mesure de jouer leur rôle dans la concertation et la réalisation des projets sectoriels eau et assainissement ?
3. La démarche initiée permet-elle de renforcer la mise en synergie des différents acteurs (AL, services de l’Etat, OSC…) ? Les liens et collaborations entre OSC et AL se sont-ils améliorés ?
4. Les actions visant à renforcer la redevabilité de la commune vis-à-vis des populations ont-elles été efficaces ? Les OSC et les populations sont-elles en capacité d’interpeler les responsables des mairies et de jouer leur rôle de contrôle citoyen de l’action publique ?
 Demande de recommandation : Comment améliorer l’efficacité de nos actions pour renforcer le lien entre les élus, les OSC et la population ?
4. Au-delà des effets directs immédiats des actions, peut-on percevoir des évolutions de conception ou de comportement de la part des acteurs locaux ? (sur la concertation locale, la réalité des OSC, la participation locale, la prise en compte des couches défavorisées, en matière d’hygiène et assainissement, etc.)
5. L’action a-t-elle suffisamment intégré une approche « genre », au regard des moyens disponibles et du contexte ?
 Demande de recommandation : Dans quelle mesure la stratégie adoptée permet de réduire les inégalités de genre en ce qui concerne (i) la participation à l’élaboration, la mise en oeuvre et le suivi-évaluation des politiques publiques (ii) l’accès à l’Eau, Hygiène et l’Assainissement. Dans quelle mesure la stratégie adoptée contribue à ce que les femmes appuyées se représentent leur positionnement dans la société différemment ? Dans quelle mesure l’approche genre couplée à l’approche Renforcement Organisationnel et institutionnel (ROI) a permis de renforcer la dynamique associative des associations de femmes appuyées ?
Concernant la stratégie d’intervention :
6. La stratégie adoptée par le programme permet-elle l’implication des acteurs dans le développement du territoire ? Implique-t-on correctement les AL et SDE ? Se sentent-ils à leur place par rapport aux actions développées ; et nous sentent-ils à notre place ?
7. La stratégie adoptée vis-à-vis des OSC a-t-elle permis au PADELCO d’obtenir les résultats escomptés, c’est-à-dire (i) l’accompagnement à l’autonomisation des OSC locales au niveau organisationnel et institutionnel, puis opérationnel (ii) leur participation à la mise en oeuvre des projets en cohérence avec les PHAC (iii) leur participation à la gestion des affaires publiques locales.
8. Quelles démarches devraient-être mises en place pour assurer une plus grande participation citoyenne ? Quelles sont les forces et les faiblesses de la démarche actuelle ? La stratégie de participation citoyenne peut-elle aller au-delà de ce qui est actuellement visée ?
9. Notre approche et méthodologie (y compris nos outils) s’adaptent-elles suffisamment aux attentes et intérêts des publics ciblés ? Promeut-on correctement les dynamiques propres des acteurs locaux ?
10. L’approche RA-ROI qui s’est déroulée sur la fin du programme et a-t-elle permis aux acteurs de mieux s’approprier les « enjeux » de leur association, du rôle qu’ils ont à jouer au sein de leur association, du fait que leur association leur appartienne (et qu’ils doivent agir sans forcément attendre l’appui de projet). Cette approche convient-elle aux objectifs de l’autonomisation et de pérennisation visés ?
Demande de recommandation : Doit-on envisager des évolutions dans le choix et la gestion des projets ? Dans quelle direction ?
C on cernant le dispositif de mise en oeuvre :
Le dispositif institutionnel
11. Le montage partenarial (GRAIND/ID) a-t-il permis aux 2 parties prenantes d’assumer les responsabilités qui leur étaient dévolues dans le cadre du programme ? De se renforcer mutuellement ?
Demande de recommandation : Quelles évolutions en termes de relation partenariale sont à envisager entre GRAIND et ID pour améliorer l’efficacité de nos actions ?
12. Le montage partenarial et la collaboration avec les autorités locales (élus et cadres) ont-t-ils permis leur renforcement institutionnel ?
Demande de recommandation : Quels types de ressources/partenariats externes sembleraient intéressants pour renforcer notre approche DL ?
Le dispositif organisationnel
13. La composition, la structuration de l’équipe de GRAIND et les moyens du programme ont-ils facilité la réalisation des activités du programme et l’atteinte des résultats escomptés ?
C. Méthodologie
La méthodologie d’exécution de l’évaluation sera explicitée par le/la consultant/e dans son offre. La qualité et l’adaptation de la méthodologie constituera un critère essentiel dans le choix final du/de la consultant/e.
NB : Les critères DAC sont des outils de réflexion utiles pour une évaluation mais ils ne constituent pas en soi une méthode d'évaluation. Un effort de compréhension des enjeux et questionnements est nécessaire pour répondre à ces TDR, de même qu'il est demandé d'être précis dans l'exposé de la façon de conduire l'évaluation.
Une méthodologie participative est requise et une attention spécifique sera attachée à l’implication des parties prenantes au cours de l’évaluation : équipe de GRAIND et ID et les partenaires sur place et acteurs clefs : les communes, les membres des cadres de concertation, les représentants de la société civile...
Une discussion de cadrage sera organisée avec GRAIND et se tiendra à Allada-Bénin.
Au terme des visites et rencontres de terrain, et dans la mesure rendue possible par les autorités locales, un atelier de restitution et de réflexion sera organisé avec l’appui de l’équipe de GRAIND à Allada dans le département de l’Atlantique, rassemblant tous les parties prenantes concernées. Cet atelier « à chaud » permettra de proposer des axes de réflexion aux acteurs sur place et de susciter un débat qui pourra alimenter la rédaction du rapport provisoire.
Le rapport provisoire sera remis dans les 2 semaines suivant l’atelier de restitution « à chaud ».
Dans les 2 semaines suivant la remise du rapport provisoire, GRAIND transmettra ses observations. En cas d’incompréhension et/ou de désaccord, un échange pourra être organisé à cette étape entre le/la consultant/e et GRAIND.
Le/la consultant/e disposera alors d’une semaine pour finaliser le rapport d’évaluation qui sera remis à GRAIND.
Enfin, le/la consultant/e organisera au siège de GRAIND à Allada une restitution finale de l’évaluation. Cette restitution se fera devant une assistance composée de : les autorités locales (maires ou représentants), cadres communaux, représentants de cadres intégrateurs, d’OSC, d’association de femmes, d’ACEP, des représentants des PTF, de l’Union européenne, des membres du Conseil d’Administration de GRAIND.
D. Livrables attendus
Le produit de l’évaluation finale du programme est un rapport de minimum une trentaine de pages (hors fiche résumée, synthèse/résumé exécutif, et annexes) qui s’articulera de la façon suivante :
 Une fiche résumée reprenant les principales conclusions et recommandations résultant de l’évaluation (2 pages maximum)
 Une synthèse/résumé exécutif (5 pages maximum)
 Un rapport principal rappelant : le contexte, les objectifs et la méthodologie de l’évaluation et les résultats détaillés de l’évaluation en réponse aux questions évaluatives, y compris les perspectives et les recommandations faites par les évaluateurs.
 Une annexe qui reprendra les comptes rendus succincts des différentes rencontres avec une liste des personnes rencontrées
Le rapport devra être soumis en version électronique (Word et PDF).
E. Profil de l’évaluateur/trice
1) Profil de l’évaluateur/trice ou de l’équipe d’évaluateurs/trices
L’évaluateur/trice sera un/e expert/e national/e ou international/e en développement disposant d’une expérience solide en gouvernance locale :
 de compétences sérieuses en évaluation de projet : savoir-faire méthodologique, conduite d’entretiens individuels et collectifs, écriture de rapports ;
 de compétences et d’une expérience sérieuse en développement local, décentralisation et gouvernance locale participative ;
 d’une solide expertise dans l’intégration du genre dans les programmes de développement local ;
 une connaissance des processus de renforcement de l’autonomie des organisations
 d’une connaissance avérée du Bénin.
En cas d’expertise internationale, il est demandé qu’un expert national soit identifié et proposé (y compris son CV). La maitrise de la langue française est vivement souhaitée.
2) Critères de sélection de l’équipe d’évaluation
Le/la consultant/e est invité/e, en prenant connaissance des présents termes de référence, à faire des propositions techniques et financières pour la réalisation de l’évaluation.
La sélection s'effectuera sur la base des critères suivants :
a) Exposé de la problématique et compréhension du sujet ;
b) Démarche méthodologique proposée ;
c) Qualifications, expériences et compétences des experts (y compris connaissance du pays) ;
d) Expériences de la problématique du projet à évaluer ;
e) Détail des prix et coûts des différentes prestations.
F. Calendrier de l’évaluation et aspects logistiques
A titre indicatif, la durée totale de l’évaluation ne pourra être inférieure à 25 jours.
La mission du/de la consultant/e démarrera vers la fin du mois de Décembre 2018 suivant le calendrier arrêté d’un commun accord entre le/la consultant/e et GRAIND. La restitution provisoire devra avoir lieu au plus tard le 18 Janvier 2019 au Bénin, le rendu final des documents avant le 25 Janvier 2019.
Le consultant pourra travailler dans le bureau de GRAIND à Allada. Il bénéficiera de l’appui de l’équipe de GRAIND pour la prise de contacts avec les différents interlocuteurs et l’organisation de la mission. La prise en charge de ses déplacements est à ce stade attendue du consultant, car il n’est pas certain que le véhicule de GRAIND pourra être mis à disponibilité. Ce point fera l’objet d’une discussion spécifique entre GRAIND, ID et le/les consultants sélectionnés.
G. Modalités financières et de réponse
Le budget disponible pour cette évaluation est de 10 000€. La proposition financière présentée par le consultant devra comprendre tous les coûts : les honoraires du/de la consultant/e ou de l’équipe de consultant/es, les per diem de l’équipe de consultant/es au Bénin, les frais de transports au Bénin et toutes autres dépenses en lien avec les activités prévues (y compris les ateliers de restitution à Allada dans le département de l’Atlantique).
Les modalités financières seront précisées lors de la signature du contrat.
Les propositions méthodologiques et financières (réponse aux présents Termes de Référence), accompagnées du/des CV de(s) l’expert(es), devront être retournées à GRAIND, au plus tard le 18 Décembre 2018 à 10h (heure béninoise), sous forme électronique (email) à l’attention de Michel N. KPOYIN, Directeur Exécutif de GRAIND : graind11@gmail.com
Evaluation Externe du PADELCO / GRAIND – Termes de référence – Novembre 2018 12

TdR téléchargeable dans la rubrique médiathèque sur le site www.graindbenin.org